GPEC 2021/2023 et baisse d'effectifs

Info du 03.11 :

La DRH vient de nous informer : La GPEC 2018/2020, "sans réels avantages à l'accompagnement aux départs ", va être renouvelée pour quelques mois sous forme d'avenant. Nous en déduisons que la Direction attend de valider la nouvelle organisation de la banque (voir notre info sur le sujet par là ) pour entamer une négociation GPEC 2021/2023 avec ou sans ? paragraphe d'aides aux départs.

Nous n'avions pas signé la GPEC 2018/2020, nous ne signerons pas davantage cet avenant. Pour rappel, c'est moins de 10 CDI en 2 ans et demi qui ont bénéficié de la GPEC 2018 2020.


Info du 2710 :

Lors de la première réunion de négociation GPEC 2021/2023 de la mi-octobre, la DRH nous demandait de réfléchir au seul dispositif de départ des salariés à 1,2, 3 ans de la retraite. La DRH précisant également que cet accord comporterait une clause de revoyure à fin 2021 pour envisager la gestion du personnel au moment de l'annonce du plan stratégique.

Il apparait que la DRH elle-même ne sait pas sur quel pied danser.

Nous obtiendrons sans doute des 'informations lors de la prochaine réunion OS/DRH du 03 novembre. Ne veulent-ils pas simplement commencer à faire partir des salariés pour le 312.2021 et donc de pousser vers la sortie des salariés sur le point de partir ?



Pour celles et ceux qui nous connaissent ou nous lisent, le sujet n'est pas nouveau pour le SNB. Depuis avril 2018 et la négociation ratée de la GPEC dont l'échéance tombe au 31/12/2020, nous avons toujours eu la même position.

Un accord avec son paragraphe aides aux départs pour 145 salariés sensibles....qui n'intéresseraient personne.

Le suivi de l'effectif mensuel de la DRH nous donne aujourd'hui raison à 2 mois de la tombée de l'accord. Alors quand notre ancienne DRH persiste et signe en présentant son accord comme une réussite, on peut se poser des questions...


A la date du 01 octobre 2020, ce sont 22 salariés des back-offices qui ont quitté l'entreprise et 35 pour le réseau. Sur ce chiffre de 57 départs, ce sont moins de 10 salariés (et pour certains sur postes "non sensibles") qui ont quitté l'entreprise avec la GPEC. Pour les 47 autres, démissions, licenciements, mobilités Groupe et retraites classiques...


Avec un effectif général de 25 CDI de plus à fin septembre 2020, on est loin des 145 suppressions de postes prévues et d'une inversion des forces back/front annoncée lors de la convention du 1er semestre 2018, là non plus pas réalisée.


Ne soyez pas rassuré pour autant, si Mme Rouen doit nous présenter début janvier un bilan faisant état au 31/12/2020 d'une baisse de l'effectif de 13% prévue par la négociation de la GPEC d'avril 2018 ce sont les 90 départs de CDD au 18 décembre prochain qui mettront un terme à cette étrange décompte DRH. On trouve d'ailleurs dans le travail de l'expert comptable du CSE du mois de septembre dernier, une note à propos de la suppression à venir d'une centaine de postes. Le sujet est donc loin d'être clos.


Prochaines étapes :

  • La négociation GPEC 2021/2023 qui démarre et s'engage plutôt mal

  • La présentation de la nouvelle réorganisation post bascule.


Sachez que le SNB sera présent sur le sujet en permanence. Pour être tenu informé, inscrivez-vous à la newsletter

Pour lire une autre information SNB, cliquer dans le menu sur Accueil ou Actualités/Blog d'informations

Articles récents
Bienvenue sur le site SNB/CFE-CGC de la Banque Palatine.
AGENDA

© 2015 SNB/CFE-CGC Section Banque Palatine.