9000 € par mois


L’Insee fait le portrait-robot des Français aisés

Une personne est dite à «très hauts revenus» quand elle perçoit au moins 9000 euros de revenu net par mois.

Qui sont les riches en France? Cette question, qui surgit régulièrement dans le débat public - notamment quand il est question de fiscalité -, l’Insee y répond dans une étude publiée ce mardi. Une personne est dite à «très hauts revenus», c’est-à-dire qu’elle appartient aux 1 % les plus aisés, quand elle perçoit au moins 9000 euros de revenu net par mois.

À lire aussi : Êtes-vous riche?

Les «très aisés», les 0,1 % les plus riches, appartiennent à des ménages dont le revenu annuel est supérieur à 268.350 euros. Cela équivaut à un revenu mensuel supérieur à 22.360 euros pour une personne seule et à 46.960 euros pour un couple avec deux enfants.

En 2017, 43 % des personnes appartenant à un ménage à très haut revenu résidaient en Île-de-France. «Cette concentration s’explique notamment par le poids économique du territoire: l’Île-de-France est la première région économique française et les cadres y représentent 30 % de l’emploi, contre 18 % au niveau national», relève l’Insee.

Comme pour l’ensemble des ménages, le salaire est leur principale ressource.

Comme pour l’ensemble des ménages, le salaire est leur principale ressource. Toutefois, ces ménages aisés perçoivent plus souvent des revenus non salariaux et du patrimoine. Les revenus du patrimoine constituent même «la principale source de revenu» pour 22 % des ménages à très haut revenu, ce chiffre grimpant à 34 % pour les ménages très aisés - comparé à 5 % pour l’ensemble de la population.

À lire aussi : Îles désertes, bunkers, jets privés: comment les super riches réagissent-ils face au coronavirus

Autre caractéristique, ces personnes sont plus fréquemment des «couples sans enfant, ou des ménages dont au moins un membre a plus de 60 ans», détaille l’Insee.

Du fait notamment du barème progressif de l’impôt sur le revenu, les ménages à «très haut revenu » reversent 30 % de leur revenu initial sous forme d’impôts directs ; cette proportion atteint 35 % pour les «très aisés» - contre 15 % pour l’ensemble de la population.

Articles récents
Bienvenue sur le site SNB/CFE-CGC de la Banque Palatine.

© 2015 SNB/CFE-CGC Section Banque Palatine.