Télétravail, un bien pour un mal ?


Si de nombreux salariés plébiscitent le télétravail, il est quelques écueils à éviter

Si plusieurs études confirmes que la souplesse dans l'organisation du travail est largement plébiscitée par les Français, les encadrants anticipent une certaine dérive du temps de travail effectif (76%) voire une remise en question de leur rôle de manager. Quant aux salariés, ils sont nombreux à lier la question du temps de travail à la qualité du climat social. Ainsi le respect des horaires est-il vu par 87% des sondés comme une condition au maintien de l'équité dans l'entreprise. Un respect qui est plus difficile à mesurer quand l'entreprise permet de pratiquer le télétravail. Heureusement, 83% des sondés font également confiance à leurs collègues concernant la gestion de leur temps de travail.

Une question au cœur des négociations sur le Code du travail

La question du télétravail s'est naturellement invitée dans les négociations en amont de la réforme du Code du travail, au fil de l'été. La pratique actuelle, au cas par cas et selon les entreprises, engendre de nombreuses zones grises juridiques. Les partenaires sociaux ont rendu un rapport à la ministre du Travail en juin dernier. Parmi les pistes évoquées: une attestation sur l'honneur du salarié de la conformité de son logement, la nécessité de respecter la législation sur la durée du travail et le repos quotidien, ou encore la question de la protection des données et le droit à la déconnexion. La réforme en cours «améliorera la sécurité des salariés avec un droit plus clair et plus simple, avec la sécurisation du télétravail, car le télétravail n'est pas sécurisé», a assuré Muriel Pénicaud fin juillet sur France 2.

Lire l'information sur l'accord télétravail BPCE C'est moche !

Articles récents
Bienvenue sur le site SNB/CFE-CGC de la Banque Palatine.
AGENDA

© 2015 SNB/CFE-CGC Section Banque Palatine.